L’histoire des missionnaires de Thessalonique

Download guides and brochure
28. 3. 2014

La République tchèque célèbrera en 2013 les 1150 de l’arrivée des missionnaires Cyrile et Méthode en Grande-Moravie

L’empire de la Grande-Moravie est étroitement lié aux noms des missionnaires Cyrile et Méthode. Même si onze siècles nous séparent de leur époque, leur histoire est toujours vivante. Pour preuve, Cyrile et Méthode sont les patrons principaux de la Moravie et, en 1980, le pape Jean-Paul II les a consacrés co-patrons de l’Europe. 

L’empire de la Grande-Moravie représentait à la fin du 9e et au début du 10e siècle une grande puissance qui, à l’époque, avait éblouit le monde grâce à l’éclat de sa richesse, de son pouvoir et d’un essor culturel remarquable. Après un peu moins de cent ans d’existence, elle a certes péri à tout jamais mais elle a néanmoins laissé aux Pays tchèques un héritage précieux, soit le premier refuge chrétien sur notre territoire. Et Cyrile et Méthode ont pris part à sa genèse.

Cet anniversaire, le plus important, lié aux racines de l’histoire, du savoir, de la culture et du début de l’Etat tchèque sera à son apogée avec les fêtes du 4 et 5 juillet 2013 à Velehrad où l’on attend la participation du pape.

Deux messages, deux frères

En 862, Le prince de la Grande-Moravie Rostislav a envoyé des messagers chez l’empereur byzantin. Il lui a assuré que ses sujets avaient renoncé au paganisme et qu’ils respectaient les lois chrétiennes et comme il voulait soustraire ses territoires de l’emprise germanique, il a également demandé à Michael III de fonder un évêché en Grande-Moravie. Les Moraves, qui avaient alors pris le chemin méandreux de la plus grande diplomatie européenne ont aussi fait acheminé un message semblable au pape Nicolas mais ce dernier n’était pas désireux d’intervenir dans la sphère de l’influence des Francs et il a refusé la requête. Cependant, les messagers envoyés à Constantinople dans l’empire byzantin ont accompli leur mission. La légende raconte que, un an plus tard, deux frères, Constantin (qui a ensuite reçu le nom le nom religieux de Cyrille) et Méthode,  savants et moines originaires de Thessalonique en Grèce, ont entrepris un long voyage vers le nord inconnu.

Des forêts alluviales aux sommets des Beskydy

Méthode et Constantin ne prêchaient pas la foi en latin exalté et incompréhensible mais en beau slavon complaisant que les Slaves comprenaient et qui, quelques années plus tard, étaient devenu la langue de plein droit de l’office divin. Ces missionnaires ont ainsi donné à la Grande-Moravie de l’époque, une impulsion sans précédent à l’écriture, au savoir et à la culture et le peuple de ces régions a ainsi disposé de sa propre écriture et de ses propres livres avant la majorité des autres peuples européens.

Vous retrouverez les traces de leurs actes à de nombreux endroits de la République tchèque et il s’agit bien plus du lieu de pèlerinage de Velehrad où le premier archevêque pannonio-morave de l’archidiocèse Saint Méthode résidait vraisemblablement. Les missionnaires de Thessalonique connaissaient également sans aucun doute le fort sur la colline de Sadská près de Staré Město ou de Valy u Mikulčic. Il s’agit d’un fort admirable avec des palais et des remparts imposants situé dans les méandres de la Morava où des équipes d’archéologues ont mis au jour durant des années les fondations d’une douzaine d’églises.      

Le mont Saint Clément, un ancien lieu de pèlerinage situé dans les montagnes de la Chřiba est également un lieu remarquable. Un monastère, paraît-il érigé juste à cet endroit, que le prince Rostislav a consacré aux missionnaires et leurs disciples pour leur vie méditative, leurs prières et leur travail. Vous trouverez aussi l’une des plus belles statues des deux frères au sommet de la légendaire montagne Radhošť devant la chapelle Saint Cyrille et Méthode. Selon la légende, la première croix sur la montagne Radhošť a été érigée par les frères de Thessalonique avant d’avoir abattu les idoles païennes.

Vos favoris