Prague vit à l’heure de l’Art nouveau

Municipal House
Télécharger le guide et la brochure
27. 8. 2013

Remontez le temps jusqu’à l’époque qui s’est inscrite le plus profondément dans la conscience culturelle tchèque.

Découvrez les secrets que cache l’Art nouveau ! Une période de découvertes révolutionnaires et d’avancées techniques prodigieuses, ainsi que la naissance d’une société moderne, s’ouvre devant vous. Cette année, un événement intéressant se produira en Tchéquie. Plusieurs galeries et musées proposeront des expositions d’un grand intérêt qui auront un thème commun – l’Art nouveau. Les amoureux d’art pourraient sans exagération désigner l’année 2013 comme étant l’année de l’Art nouveau.

L’inspiration de Mucha

Alfons Mucha (1860-1939) est incontestablement l’artiste tchèque le plus connu de l’époque de l’Art nouveau. Il n’a pas travaillé seulement sur le territoire tchèque actuel, mais aussi à Vienne, à Paris et aux États-Unis. Il est connu dans le monde entier avant tout pour ses affiches, sur lesquelles apparaît Sarah Bernhardt, cette actrice française à la beauté divine. Des reproductions de ses dessins, peintures et décorations font encore aujourd’hui partie intégrante de nombreux foyers. Ivan Lendl, célèbre joueur de tennis d’origine tchèque et admirateur d’Alfons Mucha a décidé, après avoir mis fin à sa carrière professionnelle et avec l’aide de Jiří, fils de Mucha, de rassembler une collection complète de ses affiches les plus célèbres. La collection est aujourd’hui, pour la toute première fois de l’histoire, ouverte au public et ce jusqu’à la fin du mois de juillet dans la Maison municipale de Prague. On dit que Mucha aurait créé au total 154 affiches au cours de sa vie. Lors de cette exposition, vous pourrez voir 151 œuvres originales et admirer de vos propres yeux le génie de Mucha, ne laissez pas passer cette occasion unique.

L’Art nouveau européen et tchèque

Si vous ne vous rendez pas à Prague avant la fin du mois de juillet, ne désespérez pas. La Maison municipale – une perle de l’architecture de l’Art nouveau tardif rouvrira son espace d’exposition dès le 1er novembre. L’exposition consacrée à l’Art nouveau européen et tchèque qu’organise le Musée des Arts et métiers fait partie du cycle des expositions récapitulatives. Le thème sera la création de la fin du 19ème siècle et du début du 20ème siècle, avant tout l’art utilitaire. Cette exposition présentera des œuvres datant de la période allant de 1890 à 1914, période au cours de laquelle la Maison municipale a été construite. Vous pourrez y admirer non seulement les beautés des objets exposés, mais aussi un intérieur d’époque parfaitement conservé. Le sujet de l’exposition est l‘évolution de la société et du style de vie, touchant ainsi les domaines philosophiques, sociologiques et les sciences naturelles. Durant les trois années de l’exposition, les objets présentés seront changés, c’est pourquoi il ne faut pas hésiter à revenir voir l’exposition plusieurs fois.

L’Épopée slave

Alfons Mucha a consacré près de 15 ans de sa vie à la peinture d’une vingtaine de toiles de grands formats ayant pour titre L’Épopée slave. Il y retrace l’histoire des tchèques et des autres nations slaves. Cette œuvre est tout simplement monumentale. La plupart des tableaux ont des dimensions de 6 x 4 mètres, et c’est pour cette raison qu’il a été difficile de trouver un endroit à Prague où ils pourraient être exposés tous en même temps. Ils sont finalement présentés depuis 2012 dans le hall du Palais des Expositions appartenant à la Galerie nationale.

L’Art nouveau en plein air

À Prague il y a beaucoup d’édifices qui font partie des plus beaux exemples de l’architecture de l’Art nouveau. Si vous préférez le grand air, ne manquez pas la Maison municipale, les immeubles de la rue de Paris, la villa de Bílek ou le Grand hôtel Evropa sur l’avenue Venceslas. Vous souhaiteriez ramener chez vous un morceau d’Art nouveau ? Aucun problème ! Moser, une verrerie ayant plus de 150 ans d’histoire, fabrique encore aujourd’hui des produits dont le design Art nouveau est le même qu’à l’époque où Mucha peignait ses tableaux.

Vos favoris