Château Třeboň

29. 4. 2013

Petr Vok, grand seigneur cultivé et épris d'art, séduisant et qui plaisait aux femmes, ne put pas non plus avoir d'enfants et ainsi, lorsqu'il mourut en 1611, la maison aristocratique de Rozemberk s'éteignit après un voyage de 400 ans à travers l'histoire tchèque.

Leur présence en Bohême du Sud est rappelée par les nombreux étangs d'élevage si caractéristiques de la région, source essentielle de leur fortune.

Pourquoi le visiter

Pas même les trois dizaines d'alchimistes, le Dr. John Dee et Edward Kelley à leur tête, invités à Třeboň par Vilém de Rožmberk, n'ont réussi à créer une potion qui lui assurerait un descendant. Il mourut sans enfants et son gigantesque domaine ainsi que ses dettes furent hérités par son frère cadet, Petr Vok. Celui-ci vendit progressivement plusieurs résidences de la famille et déménagea avec toute la cour à Třeboň, qu'il fit reconstruire en demeure de style Renaissance confortable et appropriée pour recevoir ses archives et ses collections exceptionnelles, comparables uniquement à celles de l'empereur Rodolphe II au château de Prague.

Les appartements Renaissance des seigneurs Rozemberk ainsi que les salons des courtisans et des courtisanes donnent une image des usus à la cour des nobles de l'époque, tels l'art du savoir-vivre à table et des grandes réceptions. Pendant les vacances, on peut même visiter le manège, la cuisine des chiens et les casemates souterraines, transformées en caves à vins. Les appartements privés parfaitement décorées des derniers propriétaires, les Schwarzenberg, sont accessibles.

Vos favoris